De plus en plus de mauvaises nouvelles

Aller en bas

De plus en plus de mauvaises nouvelles Empty De plus en plus de mauvaises nouvelles

Message  Invité le Ven 25 Juin - 10:08

AVEZ-VOUS remarqué que les mauvaises nouvelles à la une des journaux éveillent plus facilement la curiosité que les faits réjouissants ? Qu’il s’agisse d’une manchette sur une catastrophe naturelle ou de ragots peu reluisants étalés en couverture d’un magazine, il semble que les mauvaises nouvelles se vendent mieux que les bonnes.
De nos jours, les mauvaises nouvelles ne manquent pas. On en vient même à se demander si les journalistes ne sont pas formés pour dénicher non les bonnes nouvelles, mais exclusivement les mauvaises.
L’Histoire en est faite
Au cours des siècles, il est vrai, les mauvaises nouvelles ont foisonné, éclipsant celles plus réjouissantes. L’Histoire est truffée d’épisodes de souffrance humaine, d’échecs et de désespoirs.
Pour en donner une idée sont présentés ci-après quelques événements historiques tels qu’aurait pu les rapporter un journaliste contemporain des faits. Nous obtiendrons ainsi une vue panoramique des mauvaises nouvelles qui ont jalonné l’existence agitée de l’homme.
Commençons par un premier rapport venu de Grèce, et daté de 429 avant notre ère, en pleine guerre entre Athènes et Sparte :
“ La reddition de la cité-État de Potidée aux Athéniens est inévitable. Les assiégés manquent à ce point de vivres qu’ils en sont réduits à l’anthropophagie. ”
Terrible nouvelle s’il en est !
Transportons-nous à présent au Ier siècle avant notre ère, et lisons un rapport sur la mort de Jules César, en date du 15 mars 44 :
“ César a été assassiné. Un groupe de conjurés, dont certains amis intimes de l’empereur, l’ont poignardé en pleine curie, lors des Ides de mars. ”
Les siècles suivants ont été fertiles en mauvaises nouvelles. Ce qui s’est produit au Mexique en 1487 en fournit un exemple particulièrement abominable :
“ Lors de la plus impressionnante cérémonie de sacrifices humains jamais organisée à Tenochtitlán, la capitale aztèque, on a arraché le cœur de 20 000 personnes en l’honneur de Huitzilopochtli, le Dieu de la guerre. ”
Les actes de cruauté mis à part, la négligence humaine rallonge la liste des désastres. Le grand incendie de Londres semble en être une illustration. D’Angleterre nous vient un rapport daté du 5 septembre 1666 :
“ Après quatre jours et quatre nuits, l’incendie a enfin été circonscrit grâce à la décision du duc d’York de faire un coupe-feu en demandant aux canonniers de la marine de détruire des bâtiments avant l’arrivée des flammes. Bilan de l’incendie : 160 hectares dévastés, 87 églises et plus de 13 000 maisons rasées. Par miracle, on ne déplore que neuf victimes. ”
Au nombre des mauvaises nouvelles, il convient de mentionner les épidémies, comme celle du choléra au début des années 1830, qui ont frappé de nombreux continents.
“ Le spectre du choléra hante l’Europe ”
, dit la manchette. Suit une description du fléau à ses pires heures : “
Encore inconnu en Europe en 1817, le choléra venu d’Asie s’étend vers l’ouest. Déjà les villes russes de Moscou et de Saint-Pétersbourg ont été décimées, les victimes se comptant surtout parmi les pauvres. ”
L’escalade des dernières années
S’il est vrai que les mauvaises nouvelles ont été une réalité tout au long de l’Histoire, les dernières décennies du XXe siècle révèlent une aggravation du phénomène, pour ne pas dire une escalade.
Mauvaises entre toutes sont les nouvelles des guerres qui ont ravagé le siècle. Les deux plus grands conflits de l’Histoire, appelés à juste titre Première et Seconde Guerre mondiale, ont porté les mauvaises nouvelles jusqu’à l’horreur. Mais notre triste siècle a produit d’autres mauvaises nouvelles encore.
Voici quelques titres pris au hasard : 1er septembre 1923 : tremblement de terre à Tokyo — 300 000 victimes ; 20 septembre 1931 : crise — dévaluation de la livre sterling ; 25 juin 1950 : invasion des troupes nord-coréennes en Corée du Sud ; 26 octobre 1956 : soulèvement hongrois contre la domination soviétique ; 22 novembre 1963 : assassinat de John Kennedy à Dallas ; 21 août 1968 : entrée des chars russes en Tchécoslovaquie pour mettre fin au printemps de Prague ; 12 septembre 1970 : explosion dans le désert de plusieurs avions détournés ; 25 décembre 1974 : le cyclone Tracy ravage Darwin, en Australie — 66 morts ; 17 avril 1975 : le Cambodge tombe aux mains des forces communistes ; 18 novembre 1978 : suicide collectif au Guyana ; 31 octobre 1984 : assassinat d’Indira Gandhi ; 28 janvier 1986 : explosion au décollage de la navette spatiale américaine ; 26 avril 1986 : explosion du réacteur nucléaire de Tchernobyl ; 19 octobre 1987 : effondrement du marché boursier ; 25 mars 1989 : marée noire en Alaska ; 4 juin 1989 : massacre sur la place Tiananmen ; 11 septembre 2001, les inondations que nous connaissons ces derniers jours ?
À l’évidence, l’Histoire montre que les mauvaises nouvelles ont été beaucoup plus nombreuses que les bonnes. L’ampleur prise par les mauvaises nouvelles au cours des dernières décennies réduit le nombre de bonnes nouvelles chaque année.
Pour quelle raison ? En sera-t-il toujours ainsi ? Voici quelques questions auxquelles la Sainte Bible pourra y répondre

WF 04/15/1996 p.3,4


De plus en plus de mauvaises nouvelles Inonda10

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum