Les signes du retour de Jésus

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Les signes du retour de Jésus

Message  benidejah le Mer 16 Avr - 10:09

Bonjour!
Comment comprendre les signes énumérés par Jésus en réponse aux disciples consignées en Mat 24:3 ?
Selon les versets 29-31 de ce même chapitre le retour de Jésus devrait être perçu seulement quand la grande tribulation sera terminée.
Selon ce que Jésus nous apprend aux versets32-34 la génération qui aura vu toutes les signes énumérées devrait constater ce retour de leurs vivants.
Ces signes comprennent donc également ce que les versets 29-31 nous décrit,à savoir la fin de la grande tribulation et les signes visibles célestes qui devraient accompagner le retour VISIBLE de Jésus.
J'insiste sur le mot visible car certains avaient inventés un retour invisible en disant que les signes en question allaient être la preuve que ce retour INVISIBLE était bien arrivé.
Le fait est que ces signes ne veulent nullement dire cela!! Ces signes sont les preuves de la proximité de ce retour,ou signes avant coureurs de ce retour prochain.
Cela change pas mal de donnes qui furent ajoutés par ces imperfections. L'établissement de l'esclave fidèle sur toutes les affaires de Jésus par ex!
Cela est d'autant plus vrai que selon Jésus cet établissement consistait a donner la gestion de toute la terre a ses disciples oints vivants à cet époque Luc 19:15-19
Quel est alors l'esclave en question??? Eh bien c'est chaque chrétien qui se déclare être disciple de Jésus!!!
Cela veut dire que nous sommes devant un défi personnel! Agissons-nous en tant qu'esclave digne de recevoir la gestion d'une portion de territoire pour guider les brebis qui seront les seuls survivants de Harmaguédon?
Il est évident que nous devons déjà nous conduire de la même façon,avant le retour de Jésus pour qu'il nous trouve en bonne position Mat 24:46

benidejah
Chrétien
Chrétien

Messages : 40
Date d'inscription : 10/03/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les signes du retour de Jésus

Message  jordan le Lun 8 Sep - 22:23

Parousia

Le mot grec traduit par “ présence ” est parousia, formé de para (“ auprès, à côté ”) et de ousia (le “ fait d’être ” ; dérivé du verbe éïmi, “ être ”). Parousia signifie donc littéralement le “ fait d’être auprès, à côté ”, d’où “ présence ”. Ce mot est employé 24 fois dans les Écritures grecques chrétiennes, souvent en rapport avec la présence du Christ liée à son Royaume messianique. — Mt 24:3 ; voir Appendice MN, p. 1700-1702.
De nombreuses versions rendent ce terme différemment selon les passages. Tout en traduisant parousia par “ présence ” dans certains textes, elles le rendent plus fréquemment par “ venue ”. C’est de là que viennent les expressions “ seconde venue ” ou “ second avènement ” (la Vulgate ayant rendu parousia en Mt 24:3 par le latin adventus [“ avènement ” ou “ venue ”]) à propos de Christ Jésus. Certes, la présence de Jésus sous-entend nécessairement son arrivée à l’endroit où il est présent, mais en traduisant parousia par “ venue ” on se focalise sur l’arrivée et on oublie la présence qui s’ensuit. Tout en convenant qu’on peut traduire parousia tant par “ arrivée ” que par “ présence ”, en général les lexicographes reconnaissent que ce mot évoque avant tout la présence d’une personne.
Ainsi, le Dictionnaire grec-français par V. Magnien et M. Lacroix (Paris, 1969, p. 1376) donne comme première définition de parousia le mot présence. Un autre dictionnaire (Vine’s Expository Dictionary of Old and New Testament Words, 1981, vol. 1, p. 208, 209) explique : “ PAROUSIA [...] désigne à la fois une arrivée et la présence qui lui fait suite. Par exemple, dans une lettre [écrite en grec] sur papyrus, une dame parle de la nécessité de sa parousia quelque part afin de régler des affaires ayant trait à des biens qu’elle y possède. [...] Quand elle se rapporte au retour du Christ, lors de l’Enlèvement de l’Église, [la parousia] ne signifie pas simplement sa venue ponctuelle pour ses saints, mais sa présence avec eux depuis ce moment jusqu’à sa révélation et sa manifestation au monde. ” Le Dictionnaire du Nouveau Testament par Xavier Léon-Dufour (Paris, 1975, p. 411) indique que le terme parousia était “ utilisé dans le monde gréco-romain pour désigner les visites officielles des empereurs ”.

Cela explique qu’on trouve cette observation dans l’appendice de la version Emphasised Bible, par J. Rotherham (p. 271) : “ Dans cette édition, le mot parousia est uniformément rendu par ‘ présence ’ (le mot ‘ venue ’ pour représenter ce terme-là a été écarté). [...] Son sens de ‘ présence ’ est si nettement [établi] par son opposition avec ‘ absence ’ [...] qu’on se demande tout naturellement : pourquoi ne pas le traduire toujours ainsi ? ”
La parousia de Jésus n’est pas seulement une venue ponctuelle suivie d’un départ rapide, mais bien une présence qui dure un certain temps ; c’est ce qui ressort également des paroles du Christ rapportées en Matthieu 24:37-39 et en Luc 17:26-30. Dans ces textes, il compare les “ jours de Noé ” à “ la présence du Fils de l’homme ” (aux “ jours du Fils de l’homme ” dans le récit de Luc). Jésus ne limite donc pas sa comparaison à la venue du déluge, moment ultime durant les jours de Noé, bien qu’il montre que sa “ présence ” à lui, ses “ jours ”, se terminera de façon semblable. Puisque les “ jours de Noé ” durèrent un certain nombre d’années, il y a de bonnes raisons de croire que “ la présence [les “ jours ”] du Fils de l’homme ” prédite durerait aussi un certain nombre d’années et se terminerait par la destruction de ceux qui n’auraient pas prêté attention à la possibilité qu’on leur aurait offerte de rechercher la délivrance.
La nature de la “ parousia ” du Christ. Une parousia, ou présence, peut, bien sûr, être visible ; du reste, six occurrences de ce mot désignent la présence visible d’hommes, tels Stéphanas, Fortunatus, Achaïcus, Tite et Paul (1Co 16:17 ; 2Co 7:6, 7 ; 10:10 ; Ph 1:26 ; 2:12). Une parousia peut aussi être invisible, puisque Paul utilise la forme verbale apparentée (paréïmi) quand il dit être “ présent d’esprit ” bien qu’absent de corps (1Co 5:3). De même, l’historien juif Josèphe, écrivant en grec, parle de la parousia de Dieu au mont Sinaï, présence invisible qui se manifesta par la foudre et des éclairs. — Antiquités judaïques, III, 80 (V, 2).



________________
https://www.jw.org/fr/cours-bibliques-gratuits/ cheers

Vous connaîtrez la vérité et la vérité vous libérera.

http://www.watchtower.org/f/bh/article_00.htm

avatar
jordan
ADMINISTRATEUR
ADMINISTRATEUR

Messages : 2001
Date d'inscription : 22/05/2010

Voir le profil de l'utilisateur http://arabochretiens.forum-actif.net/forum

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum