mardi 1er septembre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

mardi 1er septembre

Message  Zabou P le Lun 31 Aoû - 22:56

C’est la sottise de l’homme tiré du sol qui pervertit sa voie, et ainsi son cœur entre en fureur contre Jéhovah lui-même (Prov. 19:3).

Est-il possible d’être « en fureur contre Jéhovah » ? Ce serait vraiment ridicule (Is. 41:11). Un poète a écrit : « Ton bras est trop court pour boxer avec Dieu. » Nous n’irions sans doute pas jusqu’à adresser ouvertement des reproches à Dieu. Mais le texte d’aujourd’hui dit que la sottise d’un homme « pervertit sa voie, et ainsi son cœur entre en fureur contre Jéhovah lui-même ». Un homme peut donc être en colère contre Jéhovah dans son cœur. Cet état d’esprit peut se manifester d’une manière subtile. Quelqu’un pourrait en quelque sorte en vouloir à Dieu. Cette personne risquerait alors de s’éloigner de la congrégation ou de ne plus soutenir pleinement les dispositions prises pour le culte de Jéhovah. Comment éviter ce piège ? Il est essentiel de se rappeler que nos relations avec Jéhovah sont en jeu. w13 15/8 2:4, 5.

________________
  Enseigne-moi à faire ta volonté, car tu es mon Dieu. Ton esprit est bon ; qu’il me conduise. — Ps. 143:10.  
avatar
Zabou P
ADMINISTRATEUR
ADMINISTRATEUR

Messages : 317
Date d'inscription : 10/12/2013

Voir le profil de l'utilisateur https://www.youtube.com/channel/UClyF2KdxNILyXXaTU1chEJg

Revenir en haut Aller en bas

Re: mardi 1er septembre

Message  Zabou P le Lun 31 Aoû - 23:06

QU’EST-CE QUI PEUT NOUS AMENER À ÊTRE « EN FUREUR CONTRE JÉHOVAH » ?

. Des paroles négatives (lire Deutéronome 1:26-28). Les Israélites venaient tout juste d’être délivrés miraculeusement de l’esclavage. Jéhovah avait envoyé dix plaies sur l’Égypte, avant de noyer Pharaon et son armée dans la mer Rouge (Ex. 12:29-32, 51 ; 14:29-31 ; Ps. 136:15). Les Israélites étaient sur le point d’entrer en Terre promise. Pourtant, à ce moment-là, ils se sont plaints de Jéhovah. Pourquoi un tel manque de foi ? Ils s’étaient découragés à cause du rapport négatif de dix espions (Nomb. 14:1-4). Bilan : toute une génération n’a pas pu entrer dans le « bon pays » (Deut. 1:34, 35). Ne laissons pas les propos négatifs des autres affaiblir notre foi et nous pousser à « grogner » au sujet des manières d’agir de Jéhovah.
. Des moments difficiles (lire Isaïe 8:21, 22). Aux jours d’Isaïe, la nation de Juda se trouvait dans une situation critique. Elle était entourée d’ennemis. Le peuple était affamé. Plus grave encore, il y avait une famine spirituelle (Amos 8:11). Au lieu de chercher de l’aide auprès de Jéhovah, les Judéens ont maudit leur roi et leur Dieu. En fait, ils rendaient Jéhovah responsable de leurs problèmes. Quand nous vivons des moments difficiles, avons-nous tendance à dire « Que fait Jéhovah alors que j’ai besoin de lui ? »
. Une connaissance des faits limitée. Parce qu’ils ne connaissaient pas tous les faits, les Israélites du temps d’Ézékiel pensaient que Jéhovah n’agissait pas d’une façon « bien réglée » (Ézék. 18:29). C’est comme si, avec leur vision limitée de la situation, ils s’étaient mis à juger Dieu. Ils considéraient leurs propres critères de justice comme supérieurs à ceux de Jéhovah. S’il nous arrive de ne pas comprendre pleinement un récit biblique ou des évènements que nous vivons, ne pensons pas trop vite que Jéhovah agit d’une façon qui n’est « pas bien réglée », c’est-à-dire injuste (Job 35:2).
. La tendance à rejeter la responsabilité sur d’autres. Au tout début de l’histoire de l’humanité, Adam a rejeté sur Dieu la responsabilité de son péché (Gen. 3:12). Il avait désobéi délibérément et tout en connaissant les conséquences de son acte, mais il a accusé Jéhovah. En effet, il a dit que Jéhovah lui avait donné une mauvaise épouse. Depuis, d’autres ont aussi rejeté sur Dieu la responsabilité de leurs erreurs. Demandons-nous donc « Se pourrait-il qu’à cause de la déception et de la frustration dues à mes erreurs, je me mette à penser que les normes de Jéhovah sont trop strictes ? »
. Un excès d’amour-propre. Yona a mal réagi lorsque Jéhovah a décidé d’épargner Ninive (Yona 4:1-3). De toute évidence, le prophète avait peur de perdre la face, car il avait annoncé la destruction de la ville. Parce qu’il se souciait trop de sa réputation, Yona n’a pas ressenti de miséricorde envers les Ninivites repentants. Et nous, avons-nous trop d’amour-propre, au point d’être « en fureur contre Jéhovah » parce qu’il n’est pas encore intervenu ? Si nous annonçons depuis des années que le jour de Jéhovah est proche et si les gens nous critiquent parce que nous proclamons le message biblique, est-ce que nous trouvons que Jéhovah est lent ? (2 Pierre 3:3, 4, 9).

________________
  Enseigne-moi à faire ta volonté, car tu es mon Dieu. Ton esprit est bon ; qu’il me conduise. — Ps. 143:10.  
avatar
Zabou P
ADMINISTRATEUR
ADMINISTRATEUR

Messages : 317
Date d'inscription : 10/12/2013

Voir le profil de l'utilisateur https://www.youtube.com/channel/UClyF2KdxNILyXXaTU1chEJg

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum