Un simulacre de procès

Aller en bas

Un simulacre de procès Empty Un simulacre de procès

Message  Invité le Dim 24 Oct - 8:47

Formose, un pape corse
L’éventualité de l’existence d’un pape d’origine corse au sein de l’Eglise catholique pourrait laisser froid ceux qui, comme moi, ne sont pas de fervents pratiquants, et pourtant l’histoire de Formose est intéressante à plus d’un titre.

En premier lieu, ce pape était d’origine corse puisqu’il serait né vers 816 à Vivario (village de Haute-corse).

Son histoire a sa place dans ce site à plus d’un titre en premier lieu par chauvinisme primaire ; à titre de comparaison, il n’y eu qu’un seul pape d’origine anglo-saxonne dans toute l’histoire de la papauté. Il y eut bien sur, au Vatican, d’autres représentants de l’île de beauté dont les célèbres gardes corses, prédécesseurs des gardes suisses.

En second lieu, ce pape a marqué l’histoire de la chrétienté non pas par ses actes mais de sa mort puisqu’il fit l’objet d’un procès posthume macabre et extraordinaire.

Bref rappel historique sur Formose :

Le pape Formose serait né durant l’année 816 dans un hameau aujourd’hui disparu de Vivario. Vivario est un village du centre Corse qui est situé sur la Route nationale reliant Ajaccio à Corté.

Il eut une progression classique dans l’organisation ecclésiastique, simple prêtre il fut plus tard évêque de Porto¹ puis consacré pape le 6 octobre 891, il le restera jusqu’à sa mort en 896.

Il a marqué l’histoire car il a été jugé pour ses agissements en tant que Pape après son décès.

Les raisons du procès posthume :

Il semble que ce soit plus en raisons de ses prises de position politiques, que Formose ait été jugé à titre posthume, que pour sa gestion de l’Eglise.

Portrait du pape FormosePortrait du pape FormoseIl convient de rappeler le contexte historique et les événements qui aboutiront à la tenue de ce procès macabre.

En 814 après JC, l’Empereur Charlemagne s’éteint et son Empire est transmis à son fils, Louis 1er le pieux, qui décèdera en 840. A la mort de Louis 1er ses trois fils (Pépin 1er, Louis le germanique et Lothaire 1er) se partagent l’Empire par le traité de Verdun de 843.Lothaire 1er au cours de son règne pris l’ascendant sur la papauté et imposa par le sacre de son fils, Louis II, une main mise totale des carolingiens sur Rome jusqu’en 875, année du décès de ce dernier.

Louis II mourut sans héritier et les parties françaises et germaniques des caroligiens se disputèrent son Empire. La branche française l’emporta (sur arbitrage du pape Jean VIII) sur la seconde et Charles le chauve fut sacré Empereur. La branche germanique composée notamment de louis le germanique, de ses fils, Carloman Louis III s’éteignit ; et et La dynastie carolingienne disparu définitivement en 888 quant l’Empire fut divisé en sept royaumes indépendants.

Cette disparition de la dynastie carolingienne raviva l’appétit de quelques uns notamment de Guy de spolète qui fut sacré Empereur en 889.

Son fils Lambert fut lui sacré par Formose, devenu pape, le 30 avril 892 mais ce dernier agissait sous la contrainte et pris la décision d’en appeler à l’assistance d’Arnulf, fils de Carloman, qui se mis en marche sur Rome.

Formose sacra Empereur le 22 février 896 ce même Arnulf, et décèdera le 4 avril 896. Arnulf quant à lui ne profitera pas longtemps de son rang puisque la ville sera reprise avant la fin 896.

La rancune toutefois était tenace.

Un procès macabre :

Lambert avait retrouvé son trône des mains du pape Etienne VI qui avait succédé à Formose et imagina une vengeance contre la trahison de ce dernier. Elle fut exécutée par le pape.

Etienne VI organisa alors le procès le plus macabre que l’on puisse imaginer. Neuf mois après sa mort, Formose était traduit devant un tribunal d’ecclésiastiques. Ce simulacre de procès se déroula au sein même de de la basilique romaine Saint Jean de Latran construite au 4e siècle et qui était alors le siège de la chrétienté.

Le cadavre de Formose est envoyé chercher, extrait de son tombeau et dépouillé de son linceul, il sera revêtu pour les besoins de son procès de tous les ornements dus à son rang et assis devant ses juges sur le trône pontifical et puisqu’il ne peut se défendre seul on désigne un curé pour parler à sa place.

Ses juges commencent alors l’examen de la vie de Formose, le jugent indigne, proclament l’illégalité de sa promotion cléricale et de son accession à la papauté et finissent par annuler tous les actes qu’ils avait pris de son vivant.

A la fin du procès, Etienne VI ordonne que Formose soit dépouillé de tout ce qui pouvait encore le rattacher à l’Eglise. Le corps qui ne pouvait être totalement dénudé, fut par la suite jeté dans une fosse commune après avoir été amputé de trois doigts (ceux avec lesquels se fait la bénédiction papale).

Ce n’est pas pour autant la fin de l’étonnante histoire du pape Formose puisque quelques jours après il sera de nouveau exhumé pour être finalement jeté dans le fleuve Tibre, son corps sera heureusement récupéré par des pécheurs qui lui donneront une sépulture discrète.

Etienne VII aura également une fin tragique puisqu’il sera emprisonné quelques mois après pendant une insurrection populaire, tous les insignes de son rang lui seront enlevés et, enfin, étranglé dans sa cellule.

Un an après ce procès le concile décidera qu’il serait désormais interdit de juger les morts et de brutaliser les évêques.

Une fin mystérieuse :

L’histoire de Formose est entachée de mystère aussi la fin que l’on prête à cette histoire varie selon les historiens.

Pour certains, Formose qui a par la suite été inhumé de façon solennelle dans la basilique Saint Pierre y repose toujours, pour d’autres la dépouille est de nouveau extraite en 905 par Serge III, alors pape, et elle est re jugée, amputée de trois doigts à l’autre main et décapitée.

Le corps étant par la suite jeté une nouvelle fois dans le Tibre où il ne sera pas récupéré.

¹ Ce point est l’objet de toutes les interprétations et est, sans doute, le principal argument de ceux pour qui Formose est portugais et non corse, pourtant il convient de souligner que Porto n’est pas forcément au Portugal ainsi au IIIe siècle après Jésus-Christ fut créé un "Diocèse de Porto", en Italie, et plus particulièrement à Rome même, qui était (avec Albano, Frascati "Tusculum", Ostie et Velletri, Palestrina, Sainte-Rufine, et Sabine) l’un des "anciens diocèses" réservés aux cardinaux-évêques (cardinaux de plus haut rang dans le saint Collège), ceux donc qui faisaient les Papes.
Une précision s’impose à ce stade, le Diocèse de Porto fut réunit à celui de Sainte-Rufine et cela en 1119 soit bien après la mort de "notre" Pape, qui plus est Porto (Portugal) ne fut reconquise qu’en 868 après plus d’un siècle d’occupation musulmane.



Un simulacre de procès Formose
[/quote]

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum