Les enfants des rues

Aller en bas

Les enfants des rues Empty Les enfants des rues

Message  Invité le Ven 12 Nov - 17:41

120 millions c’est le chiffre estimé aujourd’hui par des études conjointes du BIT (Bureau international du Travail) et l’UNICEF du nombre d’enfants qui vivent dans la rue, la moitié de ces enfants vit dans le continent sud-américain et 30 millions en Asie.
Les enfants des rues rencontrent des dangers et des dérives qui leurs sont souvent fatals.
Ils sont meurtris par les intempéries, les privations, le dénuement, les maladies, les accidents et l’indifférence. A cela s’ajoutent la précarité, la violence, les sévices sexuels, la loi du plus fort qui les exposent aux rencontres et influences les plus nuisibles.
Les petites filles sont sollicitées sexuellement dès leur plus jeune âge et finissent par se prostituer. D’ailleurs, dans la plupart des pays, la prostitution des filles et des garçons se banalise et constitue une source de revenus pour les enfants.
Les enfants démunis, qui n’ont plus aucun contact avec leur famille ce qui constitue les situations les plus critiques. Leurs origines sont diverses. Ils peuvent être orphelins, enfants réfugiés ou déplacés, avoir été chassés de la maison pour réduire le nombre de bouches à nourrir, avoir été abandonnés par des parents qui n’arrivent pas à survivre ou encore fugueurs comme c’est le cas dans de nombreux pays occidentaux.
Une fois à la rue et livrés à eux-mêmes, les enfants, le corps rongé par la crasse et la vermine dorment sur des bancs ou à même le trottoir. Les plus débrouillards se construisent des abris en carton. D’autres, comme en Russie vivent dans les égouts. Pourchassés par la police, livrés à l’indifférence générale ces enfants ont très peu de chances de trouver assistance. Seules les ONG (Organisations Non Gouvernementales), lorsqu’elles existent, tentent d’apporter un réconfort. Ici où là des initiatives individuelles voient également le jour. Beaucoup d’enfants vivent en bandes, se livrent à la délinquance et survivent grâce à la rapine et la mendicité.
Enfin la plupart des enfants des rues connaissent la drogue, même les plus petits. En fonction du pays ils consomment la coca, la marijuana, les déchets de cocaïne (bazoca), le cacao sabanico dont les pépins sont hallucinogènes ou encore des mélanges tel que le pipo en Colombie (mélange de lait, d’alcool local et d’essence).
Mais la vraie drogue des pauvres la plus répandue est la colle de cordonnier. On la verse dans un sac en plastique avant de la respirer. Il arrive également que faute de colle, les enfants débouchent les réservoirs d’essence des voitures pour en inhaler les vapeurs. Dans les pays industrialisés ce sont le crack et l’extasie qui font le plus de ravages.
Quelques exemples :

En Europe de l’Est, l’utilisation des enfants des rues est devenue un phénomène très préoccupant depuis l’éclatement de l’empire soviétique. Les délinquants louent les services des enfants pour écouler des marchandises volées, vendre de la drogue et des armes. Entre 1990 et 1995 le nombre de délinquants âgés de 12 à 15 ans a augmenté de 55% en Russie (source : Office central des statistiques). De jeunes adolescents russes jouent un rôle actif, moyennant finances, dans les nouvelles formes de criminalité telles que le racket ou les enlèvements d’enfants. Les autorités russes prévoient que l’embrigadement des enfants et jeunes adolescents dans le milieu du crime organisé et de la mafia va augmenter de manière considérable dans les prochaines années. Ils seraient près d'1 million dans la rue aujourd'hui (chiffre 2005 - source : Procureur Général de Russie)
France : on estime aujourd’hui à 40 000 le nombre d’enfants livrés à eux-mêmes. Chiffre en nette augmentation provoqué par les flux migratoires venant des pays de l’est et notamment des minorités Tziganes Roumaines. Il n’est plus rare aujourd’hui (bien que cela soit interdit par la législation française) de voir de très jeunes enfants proposer leurs services à certains carrefours de nos grandes villes : pour le nettoyage des pares brises des voitures ou bien encore mendier dans les rues ou le métro.
États Unis : 1 850 000 enfants sont portés disparus chaque année. La majorité d’entre sont des fugueurs. 10 à 20 000 de ces enfants ne sont jamais retrouvés et deviennent, pour la plupart, des enfants des rues. A Chicago par exemple ils sont 4 à 5 000 sans abri.
Roumanie : à Bucarest ils seraient entre 3 et 5 000 à errer dans les rues, se terrant la nuit comme des taupes, dans tous les recoins possibles.
En Italie, la Camora napolitaine, la Ndrangheta calabraise et la Mafia sicilienne se servent de milliers d’enfants pour assumer un très grand nombre de tâches, telles la surveillance, l’acheminement de message, la levée des impôts de protection, la vente de cigarettes et même pour accomplir des crimes. En Sicile on appelle ces enfants tueurs les « Baby Killer ».

(Source : UNICEF - 2008)
Les enfants des rues Enfant10
Les enfants des rues Enfant11
Les enfants des rues Enfant12

Quelle tristesse
Heureusement que si les dirigeants de ce système de chose moribond ne font rien pour leur venir en aide, le Créateur de toutes choses bonnes ,Jéhovah Dieu , se soucie aussi d'eux.
Voici ce qui fit écrire par son fidèle prophète Isaïe:"(...) N'est-ce pas partager ton pain pour l'affamé et que tu fasses entrer dans ta maison les affligés sans foyer? et que, si tu vois quelqu'un nu, tu le couvres?" Isaïe 58:6,7

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Les enfants des rues Empty Re: Les enfants des rues

Message  jj59 le Sam 13 Nov - 9:44

Quelle misère!!!

Je rejoins habaqouq, "jusqu'à quand oh jéhovah "
jj59
jj59
Musulman

Messages : 140
Date d'inscription : 23/05/2010
Localisation : nord

Voir le profil de l'utilisateur http://vousavezlaparole.exprimetoi.net/parents-solos-tj-ou-amies

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum