Nous tous, comme des brebis, nous étions errants. — Is. 53:6.

Aller en bas

Nous tous, comme des brebis, nous étions errants. — Is. 53:6. Empty Nous tous, comme des brebis, nous étions errants. — Is. 53:6.

Message  jeremie le Dim 28 Nov - 23:22

Texte pour le lundi 29 novembre 2010

Comme des brebis égarées, les humains pécheurs erraient çà et là ; ils espéraient être un jour délivrés de la maladie et de la mort héritées d’Adam (1 Pierre 2:25). Les descendants d’Adam étant imparfaits, aucun d’eux ne pouvait racheter ce qu’il avait perdu (Ps. 49:7). Toutefois, dans son grand amour, “ Jéhovah lui-même a fait que la faute de nous tous rencontre celui-là ”, c’est-à-dire ce Fils qu’il aime, ce Serviteur qu’il a choisi. En consentant à être “ transpercé pour notre transgression ” et “ écrasé pour nos fautes ”, Christ a porté nos péchés sur le poteau et est mort à notre place (Is. 53:5). L’apôtre Pierre a écrit : “ Christ [...] a souffert pour vous [...]. Il a porté lui-même nos péchés dans son propre corps sur le poteau, afin que nous puissions en finir avec les péchés et vivre pour la justice. ” Puis, citant la prophétie d’Isaïe, Pierre a ajouté : “ Et ‘ par ses meurtrissures vous avez été guéris ’. ” (1 Pierre 2:21, 24). Il devenait ainsi possible que des pécheurs se réconcilient avec Dieu. — 1 Pierre 3:18. w09 15/1 5:8, 9.
jeremie
jeremie
Témoin de Jéhovah
Témoin de Jéhovah

Messages : 1431
Date d'inscription : 23/05/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Nous tous, comme des brebis, nous étions errants. — Is. 53:6. Empty Re: Nous tous, comme des brebis, nous étions errants. — Is. 53:6.

Message  Invité le Lun 29 Nov - 5:48

23 Comment Jésus porta-t-il la souffrance des autres ? L’Évangile de Matthieu, qui cite Isaïe 53:4, explique : “On lui amena beaucoup de gens possédés de démons ; et il expulsa les esprits d’une parole, et il guérit tous ceux qui allaient mal ; pour que s’accomplisse ce qui avait été prononcé par l’intermédiaire d’Isaïe le prophète, quand il a dit : ‘ Il a pris lui-même nos maladies et a porté nos affections. ’ ” (Matthieu 8:16, 17). En guérissant ceux qui venaient vers lui atteints de diverses maladies, Jésus prenait leurs souffrances sur lui. Pour opérer de telles guérisons, il puisait dans ses forces (Luc 8:43-48). Sa capacité de guérir toutes sortes de maux, physiques et spirituels, prouvait qu’il était doté du pouvoir de purifier du péché. — Matthieu 9:2-8.
24 Cependant, beaucoup avaient le sentiment que Jésus était “ touché ” par Dieu. Ne souffrit-il pas à cause de chefs religieux respectés ? Souvenons-nous toutefois qu’il ne souffrit pas pour avoir commis des péchés. “ Christ aussi a souffert pour vous, écrit Pierre, vous laissant un modèle pour que vous suiviez fidèlement ses traces. Il n’a pas commis de péché, et on n’a pas trouvé de tromperie dans sa bouche. Il a porté lui-même nos péchés dans son propre corps sur le poteau, afin que nous puissions en finir avec les péchés et vivre pour la justice. Et ‘ par ses meurtrissures vous avez été guéris ’. ” (1 Pierre 2:21, 22, 24). À une époque, nous étions tous perdus dans le péché, ‘ comme des brebis, en train de nous égarer ’. (1 Pierre 2:25.) Mais, par le moyen de Jésus, Jéhovah nous a rachetés de notre état de pécheurs. Il a fait que notre faute “ rencontre ” Jésus, repose sur lui. Jésus, qui, lui, était sans péché, subit volontairement la peine pour nos péchés. En subissant sans la mériter une mort ignominieuse sur un poteau, il permit notre réconciliation avec Dieu.


IP2 p.205

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Nous tous, comme des brebis, nous étions errants. — Is. 53:6. Empty Re: Nous tous, comme des brebis, nous étions errants. — Is. 53:6.

Message  Invité le Lun 29 Nov - 10:21

Le Messie se chargea des maladies des autres et porta leurs douleurs. Pour ainsi dire, il souleva leurs fardeaux, les plaça sur ses épaules et les porta. Et puisque la maladie et la douleur sont les conséquences de la condition pécheresse des humains, le Messie porta les péchés des autres. Beaucoup ne comprirent pas la raison de ses souffrances et crurent que Dieu le punissait en le ‘ touchant ’, c’est-à-dire en l’affligeant d’une maladie répugnante. La souffrance du Messie atteignit son paroxysme lorsqu’il fut transpercé, écrasé et blessé, des mots forts qui évoquent une mort violente et douloureuse. Mais sa mort a un pouvoir propitiatoire ; elle fournit le fondement du rachat de ceux qui errent dans la faute et le péché en les aidant à trouver la paix avec Dieu.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Nous tous, comme des brebis, nous étions errants. — Is. 53:6. Empty Re: Nous tous, comme des brebis, nous étions errants. — Is. 53:6.

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum